1 commentaire

La crise des migrants pour renforcer le Groupe de Visegrád ?

Depuis déjà plusieurs mois, la Hongrie est au premier plan de la crise migratoire de part sa position géographique, puisqu’elle est en effet l’une des frontières de l’Union européenne et donc, de l’espace Schengen. Mais alors que Bruxelles et les puissances occidentales assènent sans cesse leurs critiques plus ou moins virulentes, les pays de l’Est, frontaliers ou non, s’alignent progressivement sur la position magyare pour « faire bloc ». Entre autres, les membres du V4, le Groupe de Visegrád qui proposent, au-delà du soutien politique, une aide concrète à la Hongrie.

Des migrants se dirigeant vers la frontière autrichienne, à Hegyeshalom (Győr-Moson-Sopron), le 15 octobre dernier. Photo : MTI/Mohai Balázs

Des migrants se dirigeant vers la frontière autrichienne, à Hegyeshalom (Győr-Moson-Sopron), le 15 octobre dernier. Photo : MTI/Mohai Balázs

La Hongrie s’est retrouvée au fil de la crise des migrants au centre des préoccupations. Ses choix, courageux, réalistes mais controversés, tentent d’apporter une solution à ce problème qui ne cesse de croître. La clôture sur la frontière méridionale (avec la Serbie et la Croatie) en est un bel exemple. Faute de réponses concrètes de l’Union européenne et des pays dans lesquels souhaitent se rendre les migrants, Orbán Viktor et son gouvernement a tapé du poing sur la table en fermant la frontière naturelle qu’ont traversé illégalement déjà plus de 400.000 personnes depuis le début de l’année. « Nous ne sommes pas d’accord avec le grillage mais nous n’avons pas d’autres solutions » a rétorqué Bruxelles à cette action drastique ce qui, comme l’a souligné le premier Ministre hongrois, est bien le problème : la Hongrie a du, toute seule, trouver une réponse à cette crise dont personne ne voit la fin et a pour cela été traitée de tous les noms.

Carte des membres et du siège du V4. (Graphisme : Hongrie Actuelle)

Carte des membres et du siège du V4. (Graphisme : Hongrie Actuelle)

Cependant, à l’Est, un autre son de cloches est venu s’immiscer dans le débat international. En effet, les représentants des pays du Groupe de Visegrád ont exprimé leur soutien vis-à-vis de la politique hongroise. Le Groupe de Visegrád s’agit d’une entité régionale créée en 1991 pour permettre à quatre pays post-communistes – la Hongrie, la Tchécoslovaquie (scindée par la suite en deux pays, la République tchèque et la Slovaquie) et la Pologne – de collaborer ensemble afin d’intégrer l’Union européenne, le Graal, à l’époque. C’est la petite ville se situant dans le coude du Danube, à une trentaine de kilomètres au nord de Budapest, qui a été choisie comme siège en référence à l’assemblée de Visegrád en 1335 lorsque les royaumes de Hongrie, de Pologne et de Bohême ont décidé de s’allier politiquement et économiquement. Après la création de l’Accord de libre-échange centre-européen (CEFTA) en 1992 puis du Fond International Visegrád (IVF) en 2000, qui sont les deux plus grands succès du groupe, les quatre pays ont intégré l’Union européenne, en 2004, et la Slovaquie a même adopté l’euro. Le V4 ne s’est alors cantonné qu’à des collaborations au niveau culturel et scolaire sans réel objectif de renforcer politiquement l’Europe centrale, toujours en retrait face à l’Europe occidentale.

La joie était grande lors de l’entrée de la Hongrie dans l’UE le 1er mai 2004.

Mais ces dernières semaines, suite à plusieurs rencontres entre les chefs d’état et de gouvernement du V4, la République tchèque, la Slovaquie et la Pologne a unanimement opté pour un soutien logistique à la Hongrie : du matériel, 120 policiers et 51 militaires de ces trois pays sont arrivés en Hongrie pour effectuer une formation intitulée Balaton 2015 puis sont allés le long de la frontière hongroise méridionale afin d’aider les forces de l’ordre magyares présentes sur place. Cela peut paraître peu, mais le fait que le V4 se soit réuni, ait discuté et tranché ensemble est d’ores et déjà une avancée car ces dernières années, aucune réelle activité ne pouvait être retenue au sein du groupe.

Bien qu’il n’ait jamais eu l’objectif de concurrencer l’Union européenne, le groupe de Visegrád peut devenir dans un futur proche une entité inévitable dans la question migratoire et un interlocuteur de taille pour Bruxelles, Paris ou Berlin.

Hongrie Actuelle

Publicités

Un commentaire sur “La crise des migrants pour renforcer le Groupe de Visegrád ?

  1. We shall defend our Europe as against Western-Europe.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :